Commune urbaine d’Antananarivo, capitale de Madagascar

Openflex
Openflex
Openflex
Openflex

Ayant comme slogan « Tana, ville moderne et agréable », la Commune urbaine d’Antananarivo siège à l’Hôtel de ville, à Analakely, dans un bâtiment flambant neuf. Les travaux relatifs à sa réhabilitation ont pris fin en 2012.

Selon les critères de classification des Communes (incluant entre autres le nombre de la population, les différents services offerts, etc.), la Commune urbaine d’Antananarivo est une collectivité dite « hors catégorie ». La Commune se subdivise en 6 arrondissements et quelques 190 quartiers, s’étalant sur une superficie totale de 92 km2.

L’actuelle maire Lalao Ravalomanana est l’unique femme à avoir accédé à la tête de la ville.

Commune Urbaine d'Antananarivo, Lalao Ravalomanana
L’actuelle maire d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana

Statut et rôle principal



La Commune urbaine d’Antananarivo porte le statut de Collectivité Territoriale Décentralisée (CTD). A ce titre, elle agit comme un organe propre, ayant son autonomie administrative et financière vis-à-vis de l’administration centrale.

La municipalité d’Antananarivo, en tant que CTD, est chargée d’appliquer la politique sectorielle élaborée par l’État. Sa fonction principale est le développement du territoire soumis à sa responsabilité.

Dans cette optique, la Commune a comme attribution de favoriser le développement des différents acteurs économiques inclus sur son territoire (PMI, PME, coopératives, individus, etc.) agissant dans plusieurs secteurs d’emplois comme l’industrie, l’agriculture, l’artisanat, le commerce, le tourisme et le secteur des services, etc.

Commune Urbaine d'Antananarivo, Hôtel de Ville Analakely
L’Hôtel de Ville à Analakely

Son domaine d’intervention inclue par ailleurs d’autres actions de développement comme la dotation et la gestion d’infrastructures sanitaires et éducatives, d’infrastructures en eau et assainissement, de voies dessertes, etc. pour la population locale.

En ce sens, la Commune établit un programme pluriannuel d’investissements publics, révisable chaque année.

L’élaboration et la mise en œuvre d’un programme d’habitat, la gestion des parcs et espaces de divertissements, et la promotion de l’identité culturelle figurent également parmi les attributions de la Commune.

En outre, la Commune urbaine d’Antananarivo est chargée de la préservation de l’environnement.

Fonctionnement



La Commune urbaine d’Antananarivo est constituée de 2 organes majeurs :

L’organe délibérant

Il est composé du conseil municipal, dont les membres, tout comme le maire, sont élus au suffrage universel direct. Ces derniers représentent de ce fait les gouvernés, ce qui figure parmi les particularités des Collectivités Territoriales Décentralisées.

Commune urbaine d'Antananarivo, conseil municipal
Session du conseil municipal

Cet organe agit en tant que conseil d’administration et fixe les grandes lignes d’orientations de développement de la Commune. En outre, le contrôle de l’exécutif entre dans le champ d’attributions du conseil municipal. L’organe délibérant est également chargé de voter le budget communal.

La Commune urbaine d’Antananarivo, par le biais du conseil municipal, est également chargée de contrôler le Plan d’Urbanisme Directeur ou PUDI, ayant trait à l’eau et l’assainissement, aux routes et à l’électrification. De ce plan directeur découle le plan détaillé qui fixe les modalités d’application du PUDI.

L’organe exécutif

Dirigé par le maire et constitué entre autres des agents municipaux et de la police municipale, il a pour fonction de réaliser toutes les activités découlant des lignes d’orientation adoptées par l’organe délibérant. L’exécutif n’a pas le pouvoir de modifier le budget de fonctionnement sans consultation du conseil municipal.

Afin de transformer les lignes d’orientation en actions concrètes, l’organe exécutif est composé de plusieurs directions dont la Direction des Actions Sociales (DAS), la Direction du Développement Numérique et des Systèmes d’Informations (DDNSI) ou encore la Direction de l’Urbanisme et du Développement (DUD).

Dans le cadre du fonctionnement de la Commune, le pouvoir central est délégué aux 6 arrondissements de la capitale, chargés d’appliquer les lignes directrices de développement de la Commune et les différents services auprès de la population.

Blason de la Commune urbaine d'Antananarivo
Blason de la Commune urbaine d’Antananarivo

Budget communal



3 types de budgets existent au sein de la Commune :

Budget primitif

Il est la matérialisation des lignes d’orientation de la municipalité d’Antananarivo. Il est élaboré avant le mois d’octobre de l’année n-1 afin d’être opérationnel au mois de janvier de l’année n.

Budget additionnel

Établi en cours d’exercice et constitué des résultats du compte administratif de l’année n-1, il se constitue par la différence entre les prévisions et les sommes réellement recouvrées lors de l’année précédente.

Budget rectificatif

Il est dressé en fonction des modifications en cours d’exercice. Ce budget, comme les 2 premiers, doit être voté par le conseil municipal.

Services octroyés et sources de financement

Hormis les actions directement liées au développement, la Commune urbaine d’Antananarivo agit comme un service public de proximité. Ainsi, en contrepartie de taxes payées par la population tananarivienne, la Commune lui est redevable par l’octroi de services divers.

On distingue entre autres :

  • Services ayant trait à l’état civil (acte de naissance, acte de mariage, acte de décès), à la conscription militaire, au recensement de la population
  • Opérations de voirie, d’assainissement et d’hygiène incluant des structures comme le Bureau Municipal d’Hygiène ou BMH
  • Réalisation et gestion des places de marché et des aires de stationnement des véhicules (dans ce cadre, les agents de police municipale peuvent être amenés à introduire les véhicules en fourrière)
  • Prévention et lutte contre les feux de brousse ainsi que mise en place de dispositifs en cas de catastrophes naturelles
  • Services ayant trait à la construction (octroi de permis de construire)

La Commune urbaine d’Antananarivo dispose de 2 types de sources de financement :

  • ressources propres et subventions de l’Etat
  • ressources issues des différents partenariats

Les ressources propres proviennent d’un nombre élevé de taxes et d’impôts. On peut citer :

  • la taxe professionnelle
  • l’impôt foncier sur la propriété bâtie
  • l’impôt foncier sur les terrains
  • la vignette (taxe sur les véhicules à moteur) et la taxe sur tous les autres types de véhicules (immatriculés ou non)
  • la licence de vente des produits alcooliques
  • la licence foraine
  • la taxe sur les cérémonies coutumières, les fêtes et les spectacles
  • celle sur les établissements de nuit
  • la taxe sur la circulation des bovidés

Partenariats

Les activités de développement à réaliser par la Commune requièrent un soutien en termes technique et financier. Dans ce cadre, la Commune a noué plusieurs partenariats avec des organismes spécifiques.

L’un des principaux partenaires de la Commune urbaine d’Antananarivo est la France, représentée par l’Ambassade de France à Madagascar. Le cadre de collaboration englobe les infrastructures urbaines, l’énergie, l’accès à l’eau et l’investissement.

Par ailleurs, la coopération décentralisée constitue une autre forme de partenariats existante. Il s’agit d’une collaboration avec une autre collectivité territoriale sur le territoire malgache ou à l’extérieur, dans laquelle chaque parti peut tirer un profit. Ainsi, la municipalité d’Antananarivo a établi une coopération avec la ville de Nice (France) en 1962, celle d’Erevan (en Arménie) en 1981, celle de Fontenay-aux-Roses en 2003 et aussi la ville de Montréal (Canada).

Commune urbaine d'Antananarivo, Nice
Partenariat avec la ville de Nice (France)

En outre, depuis 2011, la Commune urbaine d’Antananarivo collabore avec la Région Ile-de-France (RIF) dans le cadre de certains projets comme l’AULNA (Agriculture Urbaine, Low space, No space). Ce projet entre dans le cadre de l’adaptation au réchauffement climatique.

Les textes réglementaires sur la Commune urbaine d’Antananarivo

Il existe une série de lois régissant la Commune urbaine d’Antananarivo ou interférant sur elle de manière directe ou indirecte :

  • Loi n°2015-011, votée par l’Assemblée nationale et portant sur le statut particulier d’Antananarivo
  • Loi organique n°2014-018, fixant entre autres le fonctionnement et la gestion des affaires au sein des collectivités territoriales décentralisées

Cette dernière est basée sur les anciennes lois n°94 007-008 et 009, qui, d’un point de vue global, régissent les attributions et les ressources des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD).

Avis sur Commune urbaine d’Antananarivo

Donnez votre avis sur Commune urbaine d’Antananarivo

Voir tous les commentaires et avis sur Commune urbaine d’Antananarivo

Adresse principale

Commune urbaine d’Antananarivo

Analakely
Avenue de l’Indépéndance
101 Antananarivo
Madagascar



8 Commentaires

  1. Madame Le Maire
    Permettez moi d’attirer votre attention sur la pollution sonore à Analakely en période de festivités.
    Il y a aussi des résidents à Analakely et aussi des enfants malades à l’Hôpital des enfants. Ils se passeraient bien des vociférations et de la cacophonie déversées par des sonorisations surpuissantes qui troublent grandement la qualité de vie des habitants.

  2. Bonjour,
    Je voudrais savoir par rapport à l’IFPB, quel est le coéfficient géographique de la commune urbaine d’Antananarivo dans ce calcul si :
    IFPB = Valeur Locative * Taux * coefficient géographique.
    Merci beaucoup

  3. Bonjour à l’équipe de la Mairie d’Antananarivo.
    Nous projetons de construire une Gare routière dans la Commune Urbaine de Mahanoro. Nous somme très intéressés par le plan de la Gare routière d’Ampasampito, destination finale des itinéraires à partir de Mahanoro.
    Si vous n’y verrez pas d’inconvénient de nous faire savoir, comment obtenir ce plan (que nous allons aménager bien sûr!).
    Nous avons l’intention de monter à Antananarivo dans les prochains jours pour rencontrer le Responsable et discuter avec pour l’aboutissement de ce Projet.
    Cordialement

    Joachim Michel
    Concepteur de Projet
    Région Atsinanana.

  4. Bonjour madame monsieur Je suis de la Réunion et j’étais chez vous il y a une quinzaine de jour, je voudrais vous faire part de ce que j’ai constaté en me promenant dans votre ville de tana. Bien que beaucoup se trouvent vaquer à leur occupation, j’ai vu des faits qui m’a boulversé, en effet des enfants à même le sol mandiants avec leurs parents, des enfants qui se trouvent seuls dans le tunnel la nuit par ce froid terrible abandonné sans rien, je pose la question à Mr le Maire de tana, comment fait t’il pour dormir la nuit et vivre tout simplement en laissant ces familles dans les rues et quelle image pour le touriste qui vient visiter votre île ? il n’y a t’il pas un budget pour les protéger par ce temps hivernal ? je suis encore tout retourné de ce spectacle, pour ma part j’etais avec des frères spiritains qui font de leurs mieux en accueillant un certain nombre d’enfants des rues, mais ils manquent de moyens, s’il vous plaît je ne sais pas si je m’adresse au bon service et à la bonne personne mais par pitié faite que mon message arrive à votre maire afin qu’il puisse sauver ces familles par avance je vous remercie…

  5. Bonjour,
    Pour un renseignement svp, si quelqu’un peut me répondre.
    Le tuyeau d’eau potable avant compteur de la JIRAMA passant sous la rue (largeur 7 m) et qui dessert le 2e étage d’une maison est obstruée. J’ai fait un devis avec la JIRAMA pour son remplacement. Le prix des travaux (remplacement du tuyau galva en PVC, tranchée de la rue, rénovation de la chaussée, agent de police pour la circulation) monte dans les 800 000 Ar.
    La JIRAMA m’indique que je dois demander une autorisation de travaux à l’hôtel de ville. Outre le droit de dossier de 60 000 Ar que j’ai déjà payé, la commune me demande maintenant dans les 1 500 000 Ar pour avoir cette autorisation. Quelqu’un peut-il me dire la vérité sur le prix à payer, car je trouve que c’est vraiment exagéré ?
    Cordialement
    Mr Georges
    En vous remerciant d’avance

  6. Bonjour,
    Je voudrais vous féliciter pour les actions de nettoyer la ville de Tana. On peut dire ENFIN!!! C’est honorable mais j’ai quand même une critique à faire concernant les gens qui assument ces travaux de nettoyage, surtout des canaux.
    Les personnes ne sont pas du tout protégés !!! Ils ne portent pas de vêtements, de masques, de gants de travail. RIEN!! C’est infernal !!!
    On n’a pas besoin d’être intelligent pour savoir que ces canaux dégagent des odeurs désagréables et ce sont des lieux favorables pour les bactéries.
    Est-ce que vous avez pensé à la protection de la santé des personnes qui assument ces travaux ?
    Je trouve que si déjà ils font ces travaux de nettoyage, c’est la moindre des choses de penser à leur santé.
    Peut-être il faudrait se mettre à la place de ces travailleurs pour comprendre leurs situations.
    Je trouve que c’est inadmissible de laisser travailler ces personnes sans protection !!!

  7. Bonjour à tous ! En tant que capital de Madagascar et moi j’aime aussi cette ville. La proposition d’un projet peut améliorer le secteur tourisme dans le lac de Marais Masay si vous voulez. J’ai une idée si possible la CUA effectuera un investissement en créant un batiment même forme q’un bateau au milieu de Marais Masay. Ce batiment est aloué comme centre de rélaxe avec quelques pavillons à louer pour tsakitsaky. Tout cela peut stimuler les touristes internes et externes de notre pays. Au tour de ce lac, on met des petits pirogues bien décorés payant pour transporter au centre de relaxe. C’est mon rêve si vous voulez! Veuillez en penser ! Ça peut ameliorer les ressources de notre commune. Merci à tous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here