Sommet du Comesa 2016 à Madagascar : le défi du développement

Openflex
Openflex
Openflex
Openflex

Et c’est parti pour le sommet du Comesa 2016 ! Pendant près de 9 jours, du 10 au 19 octobre 2016, le Centre de Conférence Internationale à Ivato, Antananarivo, abritera ce rendez-vous tant attendu, qui a nécessité plusieurs mois de préparation. Quelques précisions sur le sommet.

Ici lors du Sommet 2015, c'est le Président Hery qui accueille le Sommet du Comesa 2016
Ici lors du Sommet 2015, c’est le Président Hery qui accueille cette année le Sommet du Comesa

Un millier de participants pour le sommet du Comesa 2016



1 000 invités en tout pour ce Sommet du Comesa 2016, notamment pour les 18 et 19 octobre prochains. C’est le chiffre annoncé par la Ministre des Affaires étrangères, Attallah Béatrice, concernant le nombre de participants pour cette 19e édition.

Et bien qu’ils ne soient pas encore tous en terre malgache, les 19 pays membres du Comesa ont été représentés lors de l’ouverture officielle du 10 octobre. Chefs d’État, Premières Dames, et hauts représentants du gouvernement, en bref, la crème des officiels des pays africains sont attendus pendant toute la durée de l’évènement.

Sommet du Comesa 2016 pays membres
Les pays membres du Comesa

Sommet du Comesa 2016, un calendrier bien rempli



Au programme : plusieurs réunions et conférences entre les États membres.

Le premier jour a été marqué par la réunion du Comité intergouvernemental, qui n’a pris fin que le mercredi 12 octobre. Les réunions se tiennent à huis-clos avec un accès limité aux journalistes, mais l’on sait d’ores et déjà que les échanges commerciaux entre les pays membres du COMESA ont été au centre des discussions. Par ailleurs, les question de sécurité, paix et stabilité politique ont été abordées lors de ces 3 jours, étant donné qu’aucune transaction commerciale sérieuse ne peut avoir lieu si ces 3 critères sont négligés.

Une partie du programme a été réservée à l’APE-AfoA, ou Accord de Partenariat Économique pour l’Afrique Australe et Orientale, avec une réunion des hauts fonctionnaires le 12 octobre et un conseil qui se tiendra le 15 octobre.

Le CCI Ivato, où se déroulent actuellement les réunions du Sommet du Comesa 2016
Le CCI Ivato, où se déroulent actuellement les réunions du Sommet du Comesa 2016

Les Premières Dames des pays membres seront également à l’honneur lors de la 9ème édition de la Table Ronde qui leur est spécialement consacrée le 18 octobre.

Autres dates clés du sommet : les 18 et 19 octobre, qui verront se dérouler le 19ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement. C’est au cours de ce Sommet du Comesa 2016 que Madagascar prendra officiellement la présidence de l’organisation.

Participation du secteur privé



Bien que la majeure partie du calendrier officiel témoigne de la participation des représentants des États membres, le secteur privé n’est pas en reste. En effet, les 12 et 13 octobre, l’Hôtel le Paon d’or accueille le 11ème forum économique du COMESA Business Council, co-organisé avec la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar.

Cet évènement constitue une plateforme d’échanges entre les acteurs du secteur privé malgache et une centaine d’opérateurs économiques africains. Plusieurs secteurs y sont représentés, à l’exemple de l’Agriculture, des NTIC, des produits alimentaires, de l’hôtellerie. Une véritable opportunité de nouer des partenariats de type B to B.

De plus, des opérateurs privés exposent leurs produits aux stands dans la partie extérieure du CCI Ivato, durant toute la durée de l’évènement. Cette initiative a pour objectif de susciter l’intérêt des participants au sommet sur les produits malgaches, avec une place prépondérante pour l’artisanat.

Le COMESA, en quelques mots

COMESA : Common Market of Eastern and South Africa. Un marché commun pour les pays de l’Afrique orientale et australe, qui correspond à une zone de libre échange entre les pays membres. Il s’agit d’une organisation internationale regroupant une population de 340 millions d’habitants. Les transactions commerciales entre les pays membres et le reste du monde ont été évaluées entre 52 et 60 milliards de dollars entre 1997 et 2002.

Et par le biais de la fructification des échanges, le but du COMESA est de favoriser le développement économique des États membres.

Sommet du Comesa 2016 à Madagascar
Sommet du Comesa 2016 à Madagascar

Une opportunité économique pour Madagascar

Être membre du COMESA, moyennant l’adoption d’un plan d’actions et de mesures d’accompagnement adaptés, ne peut être que bénéfique pour Madagascar. On citera comme avantage la diversification des échanges, avec comme conséquence directe l’augmentation des exportations et donc la rentrée de devises pour le pays. Le président Hery Rajaonarimampianina lui-même s’est prononcé dans ce sens.

Le Ministre du Commerce et de la Consommation, Tazafy Armand, quant à lui, a annoncé que la conquête d’un marché de plus de 300 millions de consommateurs potentiels figure parmi les priorités du gouvernement malgache. Et jusqu’à présent, force est de constater que les exportations nationales sont en grande partie constituées de produits bruts non transformés, sans valeur ajoutée.

Un tel marché, le pays ne pourra y accéder qu’en développant le secteur industriel sur son territoire national. D’où le thème qui est véhiculé durant toute la durée du sommet : « industrialisation inclusive et durable ». Et un véritable essor industriel est de concert avec une amélioration de la productivité et un développement des infrastructures. Des situations avantageuses pour le pays.

En vue du Sommet du Comesa 2016 : le développement des exportations
En vue du Sommet du Comesa 2016 : le développement des exportations

Les problèmes de Madagascar dans le cadre du COMESA

Madagascar est membre du COMESA depuis 1981. Et pourtant, jusqu’à présent, ses avancées sont timides en termes d’échanges commerciaux, plus précisément sur le plan des exportations dans la zone. Pourquoi ?

La raison principale est que le pays est toujours confronté à des barrières non tarifaires, relatives à la qualité des produits. En effet, la majorité des produits malgaches ne répondent pas aux normes et exigences de la clientèle sur la scène internationale, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires.

L’exemple de l’artisanat peut également être cité. La clientèle étrangère se plaint souvent du fait que la qualité des articles livrés à l’extérieur ne correspond pas à celle de l’échantillon pré-expédié. Par ailleurs, le quota fixé, en nombre de produits, est tout simplement impossible à atteindre pour les artisans malgaches, qui réalisent un travail manuel avec un effectif réduit.

Mais ce problème peut être résolu par la mise en place d’une politique nationale accompagnée de plans d’actions efficaces pour le développement de l’artisanat. Un véritable défi pour le Ministère qui en la charge.

Sommet du Comesa 2016 artisanat malgache
Une production artisanale qui peine à atteindre d’importants quotas

Par ailleurs, la mise aux normes des produits destinés à l’exportation constitue une des autres priorités pour l’État. C’est en effet une condition indispensable au développement des échanges. Actuellement, quelques projets ont déjà été lancés dans ce sens. On citera par exemple le programme PROCOM. Il devrait aboutir à la mise en place d’un laboratoire accrédité sur le territoire national.

En outre, pour ce Sommet du Comesa 2016, Madagascar a bénéficié d’un montant d’1 million d’euros pour l’appui à son intégration régionale. Ces fonds seront ainsi principalement destinés au développement industriel, ainsi qu’à l’amélioration de l’accès des exportateurs au marché extérieur, via l’instauration de normes et de systèmes de certification.

Espérons que toutes les parties prenantes agissent véritablement dans ce sens. A suivre, donc.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here